J’ai découvert Yvan Pommaux.

Quand  j’ai préparé une séquence avec ma collègue de lettres sur les carnets d’Ulysse, elle m’a orienté vers  les version d’Yvan Pommaux. Je les ai donc emprunté au cdi. Au passage la documentaliste me glisse un autre titre qui est génial, il s’agit de Nous notre histoireEt oh qu’elle fait du bien cette histoire de notre humanité en ces temps de divisions, de discriminations, de méfiance les uns envers les autres!

DSC00050

Et voilà, fantastique, j’adhère à 10 000 pour cent. Il va faire parti de mes trésors de la bibliothèque à vie ( sens de la mesure!!). Il écrit depuis le début des années 80 et d’ailleurs en regardant sa bibliographie, enfant mes parents avait glissé dans ma pile à lire certains de ses ouvrages dont le héros est John Chatterton, détective, qui est une relecture du petit chaperon rouge.

 

J’apprécie son trait de crayon, j’aime beaucoup ses dessins que je trouve réconfortants . Là c’est tout à fait subjectif, parce qu’en fait je réalise que ses dessins me font penser aux petites aquarelles de mon père, celles qu’il glisse dans les enveloppes d’anniversaire ou de Noël.

Par ailleurs, il y a un vrai suspens pour l’enfant et pour l’adulte. Pour vous expliquer, hier soir on relisait Chatterton détective avec les jujux et l’une d’elles me dit j’écoute l’histoire mais de loin. C’est son argument quand elle n’a pas envie de se poser pour de la lecture et voyant sa sœur regardait les images avec précision et posait plein de questions elle s’est finalement approché de la lecture et a même voulu le relire seule au lit. Elles ont vite fait le lien avec le petit chaperon rouge (genre merci maman encore une version du petit chaperon rouge, c’est bon on sait que t’adores!) mais l’introduction de l’enquête policière les a  vraiment raccroché au livre.

Ensuite, il a une relecture des grands classiques très agréables et très originales. Dans ses reprises des mythes, j’aime beaucoup l’introduction des bulles de bandes dessinées, mais ce n’est pas vraiment non plus une BD. Il y a des va et vient entre le contemporain et l’Antiquité. C’est je me répète très agréable, ce style aéré. Oui parce que moi dans les récits mythologiques, je n’aimais pas enfant, et je n’aime toujours pas trop d’ailleurs, l’entrée de 7 ou 8 personnages, dans 5 ou 6 lieux différents dans un récit relativement court finalement.

DSC00068DSC00069DSC00067

et pour les enfants et adolescents ça marche? Oui, mes filles sont allées chercher Ulysse dans mon cartable d’elles même attirées par le dessin sans doute aussi. On n’a pas tout lu, Troie la guerre toujours recommencée, n’est pas la lecture la plus adaptée pour leur âge mais elles ont appréciée la lecture de quelques chants dans Ulysse aux milles ruses, comme celui des sirènes et l’épisode de Charybde et Scylla

Pour les ados, ça marche aussi, c’est tout de même plus attractif que la version roman jeunesse de l’Odyssée chez l’école des loisirs . Même moi celle là, elle ne me plaît pas trop non plus. Certains d’entre eux sont allés emprunter au CDI, les autres ouvrages d’Y Pommaux, alors c’est presque gagné.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s